Menu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Chiffres du Budget : Déficit des recettes fiscales prévues



Bercy a dévoilé hier soir, 16 janvier 2014, les chiffres du budget.  Les prévisions de novembre dernier se sont avérées inexactes et avec une différence de déficit de 2,7 milliards de déficit supplémentaire par rapport au 72,1 milliards prévus.  Le déficit de l’Etat devrait donc s’établir à 74,9 milliards d’euros au cours de l’année écoulée.
Les recettes fiscales, d’après le Ministre de l’économie, ont été moins importantes qu’elles n’avaient été envisagées, s’élèvant à 284 milliards d’euros au lieu de 3,5 milliards d’euros escomptés. Pierre Moscovici prêtent cet écart par rapport au budget prévisionnel à "une conjoncture défavorable".

  La TVA a rapporté par contre 600 millions d’euros de plus que prévu, contrairement à l’impôt sur le revenu et sur les société où les recettes sont nettement inférieures à celles prévues.

"Pour pouvoir tenir nos engagements, il est décisif que la croissance reprenne. C’est la genèse du pacte de responsabilité", a déclaré Pierre Moscovici.
Le pacte de responsabilité comme annoncé par le Président lors de sa conférence de presse, prévoit une suppression des cotisations familiales afin de baisser les charges patronales et ainsi favoriser l’embauche. Seulement, cela va-t-il être suffisant pour relancer la croissance?
Il faut être réaliste et garder en tête que le taux d’emprunt de la France reste très avantageux, mais  ce taux est basé sur la confiance des marchés datant du budget 2012.
Depuis toujours, les politiques misent sur la relance de la croissance, mais contrairement au gouvernement de Nicolas Sarkozy qui mettaient en œuvres des réformes structurelles et annonçait des mesures engageantes qui donnaient espoir et confiance, Hollande, lui, restent flou et contradictoire : un jour "l’ennemi de la finance" maintenant au contraire, effet d’annonces "anti-patronal", la crise n’était que Nicolas Sarkozy, aujourd’hui il réalise qu’elle est mondiale et violente etc…
Comment la croissance peut-elle repartir alors que nous avons l’impression de marcher sur des œufs et que nous aurions besoin d’une base d’édifice solide pour retrouver confiance en nos compétences?
A quand une politique nationale ambitieuse, réaliste et structurée qui permette aux français de retrouver espoir en leur avenir?




Vendredi 17 Janvier 2014






Dans la même rubrique :
< >

Samedi 31 Décembre 2016 - 07:23 Matinales spéciales « Primaire de la gauche »

Actualités nationales | actualités internationales