Menu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Communiqué des parlementaires européens

Groupe PPE



Communiqué des parlementaires européens
 
 
Conseil européen et budget de l’UE 2014-2020
 
28/06/13 - Conseil européen: sans le Parlement européen, rien n'aurait été possible - Joseph DAUL (UMP/PPE, Est), Président du Groupe PPE
 
Le Président du Groupe PPE Joseph Daul a salué vendredi les mesures en faveur de l’emploi des jeunes prises par les chefs d’Etat et de gouvernement au Conseil européen des 27 et 28 juin.
 
« Sans le Parlement européen et sa lutte pour obtenir la flexibilité sur le cadre financier pluriannuel, ces décisions n’auraient jamais pu voir le jour » a rappelé Joseph Daul. « C’est parce que nous avons maintenu jusqu’au bout la pression sur le Conseil et exigé la flexibilité sur les engagements et les paiements que les Chefs d’État et de gouvernement ont aujourd’hui pu dégager six milliards d’euros qui financeront des mesures d’urgence en faveur de l’emploi des jeunes. »
 
« C’est aussi par notre détermination que nous avons obtenu un milliard d’euros supplémentaire pour le Fonds européen d’Aide aux plus démunis, mais aussi, pour 2014 et 2015, 200 millions d’euros en plus pour la recherche, 150 millions en plus pour le programme Erasmus et 50 millions en plus pour les petites et moyennes entreprises. La clause de révision obligatoire en 2016, pour laquelle nous nous sommes battus, permettra d’adapter le budget à mi-parcours. Enfin, la discussion sur le financement du budget de l’Union européenne par de véritables ressources propres va enfin pouvoir s’ouvrir» a souligné Joseph Daul.
 
« Je salue le rôle déterminant joué par le Président du Parlement européen Martin Schulz, et bien sûr l’engagement des négociateurs du Groupe PPE, au premier rang desquels Alain Lamassoure, Reimer Böge et Jean-Luc Dehaene, pour arriver à ce bon résultat ».
 
«Les décisions prises aujourd'hui démontrent une fois de plus qu'à l'heure actuelle, c'est le Parlement européen qui est le véritable défenseur des citoyens européens, et le moteur de toutes les décisions politiques dans l'Union» a conclu Joseph Daul.
 
27/06/13 - Budget 2014-2020: la fermeté du Parlement européen a payé - Joseph DAUL (UMP/PPE, Est), Président du Groupe PPE
 
Joseph Daul, président du Groupe PPE au Parlement, a salué l’accord trouvé aujourd’hui entre le Parlement européen, le Conseil et la Commission européenne sur le cadre budgétaire de l’Union européenne pour les sept prochaines années.
« La fermeté du Parlement européen a payé. Après des négociations extrêmement difficiles, nous sommes finalement parvenus à un accord raisonnable qui permettra de financer les programmes et les politiques d’avenir de l’Union européenne » s’est réjoui Joseph Daul.
« En période de difficultés économiques, nous avons fait preuve de responsabilité en acceptant de limiter le montant total de ce budget pour ne pas peser encore davantage sur les budgets exsangues des Etats membres.»
« Mais nous avons refusé de condamner l’Union européenne, et le Parlement qui nous succédera, à sept années de rigueur. Nous avons obtenu des garanties pour que l’Union européenne ait les moyens de ses ambitions et continue à financer ses politiques d’avenir. Le Parlement européen a également obtenu un milliard de plus pour le programme européen d’aide aux plus démunis ainsi qu’un renforcement des crédits de l'an prochain pour Erasmus, les petites entreprises et la recherche. » a souligné le Président du Groupe PPE
« Ainsi la flexibilité entre les années nous permettra de canaliser au mieux les ressources limitées de l’Union. Un budget révisé sera mis sur la table dès 2016 afin de tenir compte d’une amélioration de la situation économique de l’Union » a-t-il ajouté.
« Enfin l’accord ouvre la voie à une réforme du mode de financement du budget communautaire pour qu’à l’avenir, le budget européen ne soit plus dépendant du bon vouloir des Etats membres » a conclu Joseph Daul.
 
 
 
27/06/2013 - Budget européen 2014-2020 : "succès du Parlement européen pour les jeunes et les plus démunis" - Alain LAMASSOURE (UMP/PPE, Sud-Ouest), Président de la commission des Budgets du Parlement européen
 
Sur proposition du Président du Parlement européen Martin Schulz et d'Alain Lamassoure, Président de la commission des budgets, le Parlement européen a obtenu dans le cadre de la négociation du futur cadre budgétaire :
 
• 1 milliard d'euros de plus pour le fonds d'aide aux plus démunis, qui sera porté à 3,5 milliards d'euros pour 2014-2020;
• 200 millions d'euros supplémentaires pour la recherche en 2014-2015;
• 150 millions d'euros supplémentaires pour le programme Erasmus en 2014-2015;
• 50 millions d'euros supplémentaires pour le programme COSME d'aide à la compétitivité des petites et moyennes entreprises;
• la sécurisation du financement du nouveau programme pour l'emploi des jeunes pour toute la période 2014-2020, alors que les gouvernements n'assuraient que le financement des deux premières années.
 
 
 
27/06/13 : Budget de l'Union européenne 2014-2020 : "C'est le meilleur compromis possible qui a été obtenu" - Jean-Pierre AUDY (UMP/PPE, Massif-central, Centre)
 
Un compromis sur le Cadre financier pluriannuel 2014-2020 a été trouvé entre les présidents du Parlement européen, du Conseil et de la Commission européenne à la suite de l'arrêt des négociations de la semaine dernière à la demande des représentants du Parlement européen, en raison du non avancement des discussions. Vu la situation financière des Etats membres compte tenu de la violente crise que nous traversons c'est, selon Jean-Pierre Audy, le meilleur compromis possible.
 
Les premiers mots du député européen Jean-Pierre Audy ont été pour féliciter Alain Lamassoure, député européen, Président de la commission des budgets "qui a conduit les négociations au nom du Parlement européen, car c'est lui qui, en plus d'obtenir des avancées considérables (flexibilité, clause de révision politique en 2016, financement des impayés de 2013...,) a été à l'origine et a largement contribué à l'obtention du financement de l'initiative jeunesse (6 milliards) et à l'obtention de 1 milliard supplémentaire pour le Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD)".
 
Jean-Pierre Audy a beaucoup insisté sur deux points qui sont un grand succès politique :
 
"D'une part, la flexibilité qui permettra à l'Union européenne d'avoir une vraie gestion pluriannuelle de ses programmes; 
 
D'autre part, la clause de révision politique qui permettra un grand débat pendant la campagne pour les élections européennes de mai 2014 et de prendre en considération les éléments nouveaux du moment : nouveau Parlement européen, nouvelle Commission européenne, nouveau président du Conseil européen, nouvelles ressources propres telle que la taxe sur les transactions financières, sortie éventuelle du Royaume-Uni de l'UE...".
 
Du fait de la clause de révision politique de 2016, ce sont en réalité les citoyens qui auront à se prononcer sur les propositions qui seront faites par les partis politiques lors des élections européennes de mai 2014.
 
En conclusion, Jean-Pierre Audy se réjouit en affirmant : "Si, la semaine prochaine, le Parlement européen accepte ce compromis qui, en réalité n'est que provisoire, ce seront, alors, les citoyens qui auront le dernier mot lors des élections européennes en mai 2014".
 
 
 
27/06/2013 - "Le Parlement européen impose la solidarité et la jeunesse dans le Budget européen 2014-2020"- Elisabeth MORIN-CHARTIER (UMP/PPE, Ouest)
 
Après l’accord intervenu ce jour sur le Budget européen 2014-2020, pour Elisabeth Morin-Chartier, Rapporteur permanent du Fonds Social Européen, il s’agit « d’un succès du Parlement européen face aux États. L'Europe apporte enfin la réponse de solidarité que les citoyens attendaient en faveur des plus démunis et montre son attachement à sa jeunesse en portant ses efforts sur l’emploi des jeunes ».
 
Lors de la session plénière de Juin dernier, l’amendement d’Elisabeth Morin-Chartier, en faveur d’un Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis à 3,5 milliards d'euros pour 2014-2020, a été voté à une large majorité.
 
Cette proposition a été portée avec succès par Alain Lamassoure, Président de  la commission des budgets, qui a obtenu pour le Parlement européen : 1 milliard d'euros de plus pour le FEAD, qui sera ainsi doté de 3,5 milliards d'euros pour le budget européen 2014-2020.
« Je suis également satisfaite que l’Europe n’oublie pas sa jeunesse ! » a-t-elle ajoutée.
 
Pour Elisabeth Morin-Chartier, « Nous avons besoin d’une action d’ampleur, la réponse au chômage des jeunes est européenne. C’est pourquoi, je me réjouis de l’accord sur la sécurisation du financement du nouveau programme pour l'emploi des jeunes pour toute la période 2014-2020, alors que les gouvernements n'assuraient que le financement des deux premières années. Les États ont enfin pris conscience que l’avenir et la richesse de l’Europe c’est sa jeunesse ! »
 
« Enfin l’Europe de la cohésion sociale fait entendre sa voix » se réjouit Elisabeth Morin-Chartier PPE
Les autres décisions importantes obtenues par le Parlement européen :
 
• 200 millions d'euros supplémentaires pour la recherche en 2014-2015;
• 150 millions d'euros supplémentaires pour le programme Erasmus en 2014-2015;
• 50 millions d'euros supplémentaires pour le programme COSME d'aide à la compétitivité des petites et moyennes entreprises;
 
 
 
Autres actualités 
 
28/06/2013 -  « Emploi des jeunes : l’Europe, se bouge ! » - Elisabeth MORIN-CHARTIER (UMP/PPE, Ouest)
 
6 milliards d’euros pour lutter contre le chômage des jeunes : les dirigeants européens confirment l’engagement de la rapporteure permanente du Fonds Social Européen intégré dans le règlement FSE 2014-2020 depuis avril dernier. « Les chefs d’États européens ont finalement compris que les jeunes étaient l’avenir et la richesse de l’Europe alors que 26 millions de personnes sont au chômage en Europe. Enfin l’Europe se bouge ! L’emploi des jeunes est une urgence absolue » a déclaré Elisabeth Morin-Chartier.
 
L’Initiative européenne pour l’Emploi des Jeunes (IEJ), avec ses 6 milliards d'euros pouvant passer à 8 milliards d’euros au total, sera concentrée sur 2014-2015 « J’ai voulu que ce programme ait un véritable effet levier. Suite à ma proposition adoptée en Commission emploi en avril dernier, je continue à me battre pour que les régions de l’Union européenne connaissant un taux de chômage supérieur à 20% en 2012 puissent en bénéficier. Je suis déterminée sur ce point de négociation face au Conseil, même si j’ai parfaitement conscience de la difficulté » a-t-elle ajouté.
 
« Pour notre pays, je dis : France bouge-toi ! Les actes c’est maintenant ! » s’exclame Elisabeth Morin-Chartier. Ce plan européen de l’Initiative pour l’Emploi des Jeunes (IEJ) bénéficiera à 300.00 personnes pour un montant de 600 millions d’euros pour 2014-2015. La finalisation du règlement FSE dès l’automne permettra aux États-membres et aux monteurs de projets de préparer, dès la fin de l’année, les mobilisations de ce plan.
 
En France, la situation est urgente : « 26,5% des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage, cette garantie européenne pour la jeunesse permettra qu’un jeune, quatre mois après avoir perdu un emploi ou terminé une formation, puisse bénéficier d’une nouvelle formation, d’un stage ou d’un emploi » explique Elisabeth Morin-Chartier.
 
Le FSE, principal outil financier pour l’emploi des jeunes : l’Europe soutient sa jeunesse !
 
Malgré les 10 milliards d’euros affectés chaque année au FSE, ce dernier est sous utilisé actuellement par les États membres: « Il a urgence à utiliser la reprogrammation des Fonds non dépensés en apportant une attention particulière à l'emploi des jeunes et à rendre plus facile l’utilisation de ce fonds» insiste Elisabeth Morin-Chartier.
 
Le Fonds social européen (FSE), est le principal outil financier au niveau de l'Union Européenne au bénéfice des citoyens : il soutient la création de nouveaux emplois et l’intégration dans l’emploi des jeunes travailleurs. Il aura un rôle crucial à jouer dans la nouvelle période financière dès 2014 pour soutenir les jeunes via l’Initiative pour l’Emploi des Jeunes (IEJ), la mise en œuvre de la « garantie européenne pour la jeunesse » et l'application des recommandations spécifiques à chaque pays.
 
« L'emploi des jeunes est une priorité pour l’Europe. Les États membres doivent prendre maintenant leur responsabilité et montrer aux jeunes leur détermination à créer les conditions d’une plus grande compétitivité des entreprises qui restent les seules véritables créatrices d’emplois et ne pas se contenter d’un colmatage social maintenant les jeunes dans la précarité. Vous, les chefs d’entreprise qui êtes aux manettes de l’emploi, utilisez le FSE au bénéfice des jeunes !» a déclaré Elisabeth Morin-Chartier.
 
 
 
27/06/2013 - Taxe sur les opérateurs télécoms : "La validation par la cour de justice européenne de la taxe sur les opérateurs télécoms est une très bonne nouvelle pour le financement de l'audiovisuel public" affirment des députés européens membres de la délégation française du Groupe PPE
 
Suite à l'arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne qui valide la compatibilité de la taxe sur les opérateurs télécoms avec le droit communautaire, des députés européens PPE (UMP et UDI) se sont réjouis "d'une décision qui valide la justesse de vue et des propositions en 2008 de la commission pour la nouvelle télévision publique qui était présidée, à l'époque, par Jean-François Copé".
 
"Cette taxe sur les opérateurs télécoms est une source de financement indispensable à l'audiovisuel public. Avec l'exclusion du secteur de l'audiovisuel du mandat de négociation de l'accord de commerce UE-USA au Parlement européen, qui a été, en définitive, retenue par le Conseil des ministres de l'Union, nous pouvons dire que les véritables défenseurs de l'exception culturelle française et européenne se trouvent à l'UMP et à l'UDI" ont déclaré les eurodéputés.
 
Cette décision de la Cour de justice évite à la France une amende de 1.3 milliards d'euros: "heureusement que l'UMP est là pour permettre au gouvernement de trouver des sources de financement" ont ironisé les députés européens.
 
En conclusion, les députés européens soussignés ont salué: "la détermination et la vision globale de la droite et du centre droit de l'exception culturelle tant sur le plan politique qu'au point de vue de son financement".
 
Jean-Pierre Audy (UMP, PPE), Sophie Auconie (UDI, PPE), Philippe Boulland (UMP, PPE), Jean-Marie Cavada (UDI, PPE), Brice Hortefeux (UMP, PPE), Philippe Juvin (UMP, PPE), Agnès Le Brun (UMP, PPE), Véronique Mathieu Houillon (UMP, PPE), Elisabeth Morin-Chartier (UMP, PPE), Franck Proust (UMP, PPE), Dominique Riquet (UDI, PPE), Marie-Thérèse Sanchez-Schmid (UMP, PPE), Michèle Striffler (UDI, PPE).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27/06/2013 -  "Le Parlement vient d'envoyer un signal fort au Conseil européen réuni à Bruxelles en concluant les négociations en cours depuis 1 an sur un programme majeur en faveur de l'emploi et de l'innovation sociale"- Philippe BOULLAND (UMP/PPE, Nord-Ouest)
 
Le Parlement européen et le Conseil sont parvenus ce mercredi à un accord sur le Programme sur le Changement et l'Innovation Sociale, d'un montant de près d'1 milliard.
 
Pour Philippe Boulland rapporteur pour le groupe PPE sur le sujet : "Cet accord est un signal fort pour le Conseil européen réunissant les 27 chefs d'Etats qui s'ouvre aujourd'hui à Bruxelles" 
 
"Outre le changement de nom, de PSCI il devient EASI (programme for Employment And Social Innovation) le Parlement a obtenu que l'un des objectifs du programme soit la promotion de la gouvernance sociale et la recherche d'une meilleure convergence sociale à travers toutes les actions qui seront menées au cours de l'exécution de ce programme d'une durée de 7 ans" a indiqué le député avant d'ajouter, "trois instruments financiers majeurs pour la croissance et l'emploi en Europe sont désormais regroupés pour renforcer leur efficacité".
 
Pour rappel le programme EASI comporte : 
 
- Progress qui permet le financement de projets présentés par les Etats membres en matière d'emploi, d'inclusion et protection sociales, d'amélioration des conditions de travail, de lutte contre les discriminations, d'égalité des sexes.
 
- Eures, outil incontournable pour permettre la mobilité des jeunes chercheurs demandeurs d'emploi à travers l'Europe 
 
- et Microfinancement Entrepreneuriat social, instrument financier de microcrédit et de soutien au développement des entreprises sociales.
 
"Le Parlement européen restera attentif à l'exécution du programme grâce au droit de regard qu'il a obtenu à mi-parcours ; ce qui nous permettra en fonction de l'évolution de la situation économique et sociale de pouvoir infléchir politiquement les priorités selon les besoins", a conclu Philippe Boulland. 
 
 
 
27/06/2013 - "Accord sur le financement des infrastructures de l'Union : une excellente nouvelle pour la croissance, l'emploi et l'intégration européenne"- Dominique RIQUET (UDI/PPE, Nord-Ouest)
 
Après plus de six mois de négociations, le Parlement européen et le Conseil sont enfin parvenus à un accord sur les conditions régissant le mécanisme pour l’interconnexion en Europe. Ce nouveau «fonds infrastructures» viendra soutenir des projets à forte valeur européenne ajoutée dans les domaines des transports, de l’énergie et des télécommunications.
 
Assurer les connections ferroviaires, fluviales et routières entre les Etats membres, promouvoir les systèmes de transport intelligent, favoriser le développement des autoroutes de la mer, renforcer la sécurité énergétique de l’Union, donner à tous l’accès au haut débit sont autant d’actions que pourra financer ce nouveau fonds.
Pour Dominique Riquet, élu de la circonscription Nord-Ouest et rapporteur sur ce texte, "nous avons ici une vraie opportunité pour relancer la croissance et l’emploi en Europe, tout en consolidant notre place dans la mondialisation. Surtout, c’est le projet d'intégration européenne lui-même qui ressort renforcé, au bénéfice de l'Union et de chaque Etat membre."
 
Seul bémol : le risque d'une baisse drastique de l’enveloppe allouée au mécanisme pour l’interconnexion en Europe, de 50 milliards d'euros comme proposé par la Commission, à 29 milliards, suite au Conseil européen de février dernier. "Alors que nous sommes en récession depuis des mois, il est complètement aberrant que le président Hollande et ses homologues ne soutiennent pas fortement l’un des seuls instruments capables de nous sortir de l’ornière" a déclaré le député UDI.
 
 
Contexte
Le résultat de ces négociations doit maintenant être validé en session plénière, pour une entrée en vigueur prévue au 1er janvier 2014, sous réserve que le nouveau cadre financier pluriannuel ait été adopté.
 
 
 
25/06/2013 - Directive concessions : Philippe JUVIN (UMP/PPE, Ile-de-France), obtient l'exclusion de l’eau du champ d’application
 
Philippe Juvin, rapporteur au Parlement européen sur le projet de directive sur les concessions, a obtenu ce matin l'exclusion de l’eau du champ d’application de la directive, en réponse à l'initiative citoyenne européenne qui avait recueilli plus d’un million de signatures.
 
L’initiative citoyenne européenne sur l’eau « Right to water » qui a réuni plus d’un million de signatures, a demandé que la gestion de l'eau ne soit pas couverte par la directive européenne sur les concessions, qui avait été présentée par la Commission européenne au Parlement européen. Les signataires craignaient une privatisation cachée de l’eau en Europe. C'est la première fois en Europe que cette procédure introduite par le Traité de Lisbonne a atteint 1 million de signatures.
 
"En tant que rapporteur de cette loi européenne au Parlement européen, j’ai compris les inquiétudes des signataires, même si celles-ci ne me semblaient pas totalement fondées. Le débat était devenu passionnel et il était temps de tranquilliser les esprits" a déclaré Philippe Juvin.
 
"J’ai donc formellement et officiellement proposé ce matin à la Commission européenne et au Conseil d’exclure l’eau du champ d’application de cette directive. Ma proposition a été acceptée par les rapporteurs, les services du Commissaire Michel Barnier de la Commission européenne et le Conseil (les États membres). Cette question était très sensible dans certains pays comme l'Allemagne ou l'Autriche.
 
L’initiative citoyenne européenne est un nouvel outil démocratique fort qui doit être respecté. C’est pour répondre à l'immense mobilisation de cette première initiative citoyenne que j'ai souhaité exclure l'eau du champ de la directive. L'Europe ne peut pas se faire sans ses citoyens" a conclu l'eurodéputé.
 
25/06/2013 - Baisse du budget de la PAC : le gouvernement pris en défaut - Michel DANTIN (UMP/PPE, Sud-Est) et Agnès LE BRUN (UMP/ PPE, Ouest)
 
Alors que les négociations sur la réforme de la Politique agricole commune (PAC) post-2013 sont entrées dans leur phase finale, Agnès Le Brun et Michel Dantin, députés européens, membres de la commission de l'Agriculture du Parlement européen, s'inquiètent d'une probable baisse de 14 % des aides accordées aux agriculteurs français :
 
"Le Président de la République et le Ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll nous assurent depuis le mois de mars avoir obtenu à Bruxelles le maintien de l'enveloppe française pour la PAC. Nous avons dès le début émis des doutes à ce sujet, et les dernières informations les confirment ", ont déclaré les élus européens.
 
" Stéphane Le Foll a affirmé devant l'Assemblée nationale que l'enveloppe française serait diminuée d'environ un milliard d'euros au titre des aides directes et  indirectes, mais que cette baisse serait compensée par une hausse d'un même milliard des crédits qui financent le développement rural. Ce que n'a pas expliqué Stéphane Le Foll, et pour lequel il cultive l'hypocrisie, c'est que la première enveloppe est annuelle et la seconde échelonnée sur sept ans ! ", ont poursuivi les députés.
"Le Ministre de l'agriculture doit désormais expliquer aux agriculteurs comment une hausse unique d'un milliard compense sept baisses consécutives d'un milliard... Une fois de plus, le jeu de poker menteur est à l'œuvre au gouvernement : il en sera comptable devant l'ensemble du secteur si cette réalité se confirme dans les prochaines heures."
"Le Parlement européen est pour la première fois sur un pied d'égalité dans les négociations agricoles de la future PAC, les gouvernements doivent désormais en prendre conscience", ont ajouté les élus.
 
Michel Dantin - rapporteur pour l'un des nouveaux règlements de la PAC faisant partie de l'équipe des négociations sur le futur budget- et Agnès Le Brun, se sont déclarés déterminés à défendre les intérêts de l'agriculture européenne, et les intérêts de l'agriculture française.
 
 
 
25/06/2013 - Règlementation européenne sur les allergènes dans les parfums : Gaston FRANCO (UMP/PPE, Sud-Est) et Françoise GROSSETETE (UMP/PPE, Sud-Est) se mobilisent à nouveau aux côtés des parfumeurs des Alpes-Maritimes
 
 
Suite à un avis du Comité scientifique européen de sécurité des consommateurs (CSSC), publié en juillet 2012, la Commission européenne a récemment publié ses propositions de mesures visant à renforcer la protection des consommateurs contre les effets négatifs potentiels provoqués par les allergènes de parfumerie. Une consultation auprès des Etats membres s'ouvre aujourd'hui avec une adoption prévue du texte en septembre 2013.
 
"Nous nous sommes alarmés très tôt des risques potentiels d'une transposition de l'avis scientifique du CSSC sur les 12 allergènes considérés comme substances préoccupantes dans les parfums. Un changement inapproprié du règlement sur les cosmétiques aurait eu un impact économique dévastateur non seulement pour toute l’industrie de la parfumerie et ses utilisateurs en aval, mais aussi pour le secteur agricole et les petites exploitations produisant les matières premières dans le Sud-est de la France notamment. Nous nous  félicitons donc que la Commission ait opté pour une approche réaliste et proportionnée " ont déclaré Gaston FRANCO et Françoise GROSSETETE.
 
"Si l'avis du CSSC avait été appliqué à la lettre, l'utilisation des produits naturels  comme la Lavande, le Jasmin, la Rose et l'Ylang Ylang aurait disparu, mettant en danger l'existence même de plusieurs familles olfactives et certains parfums renommés en particulier. Une véritable aberration !"
 
"Même si la position de la Commission européenne va dans le bon sens en évitant l'interdiction de ces substances, nous venons de l'alerter par le biais d'une question parlementaire sur la nécessité de donner un délai raisonnable à l'industrie pour se mettre aux normes. En outre, il nous apparaît essentiel que les efforts demandés aux industriels européens soient contrebalancés par des efforts identiques au niveau mondial afin de garantir une concurrence loyale pour nos entreprises." ont conclu les deux députés européens du Grand Sud-est.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 




Vendredi 28 Juin 2013






Dans la même rubrique :
< >

Samedi 7 Juillet 2018 - 21:43 Paris, Place Vendôme

Vendredi 22 Juin 2018 - 11:26 SOS Méditerranée

Actualités | Politique | A voir | Cinéma | Livres | Théâtre | Festivals | Musique | Petit ecran | Tribune libre