Menu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

INTERVIEW E1 - Jean-Claude Juncker

"Je voudrais que l’effort en matière de réformes structurelles aille plus loin", a déclaré Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, jeudi sur Europe 1.



Ce matin à 8h20, Jean-Pierre Elkabbach était en direct de Bruxelles et recevait Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.
Retrouvez cette interview en intégralité sur Europe1.fr :
 

 
http://www.europe1.fr/mediacenter/emissions/l-interview-de-jean-pierre-elkabbach/videos/juncker-l-armee-francaise-sauve-souvent-l-honneur-de-l-europe-2403837
 
La France commence lentement à s'attaquer à son déficit, "une démarche qu’il convient de saluer". Mais le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a prévenu, jeudi matin sur Europe 1 : "pour l’instant, ces efforts ne sont pas suffisants. J’ai bien vu qu’il y a eu la loi Macron et je voudrais qu’elle trouve un prolongement encore plus substantiel".
"Que l'effort aille plus loin". "Je crois que les réformes structurelles (à mener) sont plus importantes en France que dans d’autres pays qui sont plus avancés à l’heure actuelle", a estimé Jean-Claude Juncker, au lendemain de sa rencontre avec Manuel Valls, venu à Bruxelles pour présenter son programme de réformes. Pour le président de la Commission européenne, la loi Macron  est un premier pas dans la bonne direction, mais il reste insuffisant : "je crois que c’est une démarche qu’il convient de saluer. Je voudrais que l’effort en matière de réformes structurelles aille plus loin".
"Nous ne dictons pas à la France quel genre de réformes structurelles elle doit entreprendre. C’est à la France elle-même de choisir l’axe de son action. Pour l’instant, ces efforts ne sont pas suffisants", a-t-il poursuivi, avant d'ajouter : "la France choisira elle-même les lignes budgétaires auxquelles elle souhaitera apporter des modifications. C’est une décision de la France".
Et la croissance dans tout ça ? Après six années d'austérité, des voix commencent à contester de plus en plus vivement ces politiques axées uniquement sur le niveau du déficit public. Un nombre croissant de pays veut désormais parler de croissance, un message entendu par Bruxelles : "il faut tout de même voir que nous avons changé le discours : il y a la nécessité de consolider les finances publiques, c’est essentiel. Il y a la nécessité d’entreprendre des réformes structurelles porteuses de croissance à court et moyen terme. Et puis nous avons lancé une politique qui vise à relancer la croissance", a souligné Jean-Claude Juncker.
"Ce plan d’investissements est prêt, nous l’avons présenté : le Parlement t le Conseil sont en train de colégiférer. Ce plan sera prêt au mois de juin", a-t-il assuré, avant de poursuivre : "on ne tombe pas amoureux d’un chiffre de 3%, on ne tombe pas spontanément amoureux d’une réforme structurelle mais on peut tomber amoureux d’une Europe qui vise très concrètement et très activement une politique de croissance fertile".
Découvrez l’article sur Europe1.fr :
http://www.europe1.fr/economie/juncker-la-france-fait-des-efforts-pas-suffisants-sur-le-deficit-2403801
 




Jeudi 19 Mars 2015





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 30 Avril 2017 - 09:41 Les contradictions du programme FN avec les actes

Lundi 10 Avril 2017 - 20:48 PRÉSIDENTIELLE 2017 VR

Samedi 28 Janvier 2017 - 14:24 Soirée spéciale 2ème tour dimanche 29 janvier

Actualités | Politique | A voir | Cinéma | Livres | Théâtre | Festivals | Musique | Petit ecran | Tribune libre