Menu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Karamazov d'après un roman de Dostoïevski

Sur la scène du Théâtre des Célestins jusqu'au 7 avril 2017



Karamazov d'après un roman de Dostoïevski
Les Frères Karamazov, dernier livre de Dostoïevski est un roman sur le chaos du monde.  



L'Histoire est celle d'un père, Fiodor. Ivrogne, débauché et cupide, il dilapide les biens de la famille et décide d’épouser une prostituée. Il déclenche ainsi le mépris, la haine et la colère de ses fils.
Dimitri, l’aîné, bagarreur, gros buveur et voleur, perclus de dettes, amoureux de la fille que son père convoite. Ivan, philosophe, athée proclamé, déchiré par le doute et la rage. Aliocha, le plus jeune, que l’on dit mystique parce qu’il vit dans un monastère, mais dont la foi vacille lorsque son mentor meurt. Un quatrième fils illégitime, Smerdiakov, empli de ressentiment, est le domestique de Fiodor qu'il utilise et maltraite.
Le meurtre du père, dont Dimitri est accusé, va déclencher culpabilité et folie.


Après avoir récemment travaillé à partir de matériaux théâtraux (La Bonne Âme du Se-Tchouan de Bertolt Brecht, Liliom ou La Vie et la mort d’un vaurien de Ferenc Molnár, Cupidon est malade de Pauline Sales), Jean Bellorini reprend son exploration d’œuvres littéraires narratives en s’emparant de l’ultime chef-d’œuvre de Fédor Dostoïevski. Entouré de sa troupe de comédiens-musiciens-chanteurs, rejoint par de nouveaux artistes, accompagné de Camille de La Guillonnière pour l’adaptation et en collaboration avec le traducteur André Markowicz, il souhaite rendre toute la force poétique et lyrique de l’œuvre.

Jean Bollorini, très applaudi lors de Festival d'Avignon, nous offre un spectacle vertigineux, qui, au delà de la question du bien et du mal, met en exergue les concepts de liberté et de servitude, d’autorité et de culpabilité, qui sont abordés dans le roman. 
Récits de la haine ordinaire, faisant écho si fort aux tragédies contemporaines. "Les hommes du XXe siècle ne sont-ils pas ceux qui inventeront le mal radical, systématisé, normalisé, rationalisé ?
Pourquoi les hommes ont-ils été abandonnés ? Livrés à la liberté – cet « horrible fardeau » !
Pourquoi le Christ a-t-il méconnu le besoin qu’a l’humanité d’être soumise à une autorité qui la rassure et la contraint à l’adoration, la délivrant de l’affreux vertige d’avoir à se poser des questions ?
Les personnages que nous offre Dostoïevski côtoient le grotesque et le tragique, tendent vers la foi et l’impiété. Ils explorent les zones inconnues du soi-disant « bien » comme du « mal » et repoussent leurs limites au delà de la folie. Ces personnages sont en lutte et semblent répondre à cette parole des Frères Karamazov : « L’homme est trop vaste, je le rétrécirai. » "

Jean Bellorini.

Une pièce d'une durée de 4h30, rythmée entre musique, rires et intrigue, où à aucun moment nous  ne pensons à l'heure. 

Une grande réussite à voir absolument


Du 31 mars au 7 avril 2017 au Théâtre des Célestins à Lyon
        
KARAMAZOV


D'après l'œuvre de : Fedor Dostoïevski | Mise en scène : Jean Bellorini  Traduction : André Markowicz

DURÉE : 4h45 entracte compris
RELÂCHE : lun
HORAIRES : 19h – dim 16h
PRIX DES PLACES : 

Plein tarif
de 17 à 38 €
Tarif réduit et Pass
de 15 à 34 €
Jeunes -26 ans
de 9 à 19 €
Personnes handicapées,
demandeurs d'emploi
de 10 à 22 €

 




Samedi 1 Avril 2017






Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Septembre 2018 - 14:22 LE DERNIER METRO / Mise en scène DORIAN ROSSEL

Vendredi 6 Juillet 2018 - 15:17 Le Festival d'Avignon comme si vous y étiez!

Actualités | Politique | A voir | Cinéma | Livres | Théâtre | Festivals | Musique | Petit ecran | Tribune libre