Menu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

LA FIESTA - Israel Galvàn

16 17 18 19 | 21 22 23 JUILLET À 22H
COUR D’HONNEUR DU PALAIS DES PAPES



«Je crois que la fête est à la fois l’expression et la nécessité de ma culture.» Moment précis et codifié du spectacle flamenco au cours duquel les artistes sonnent le final en changeant de rôle (fin de fiesta). Manifestation d’une certaine culture espagnole qui traverse l’année de fêtes populaires en temps sacrés avec les carnavals et les pèlerinages. Quand Israel Galván pense à ces instants, le chorégraphe andalou revoit des artistes pour lesquels la fête s’apparente au travail et perd sa nécessité intérieure, ou encore des milliers de gens pris en étau dans les rues, incorporés dans des foules compactes dont on ne peut s’échapper. Pour lui, ces fêtes n’ont rien à voir avec celles de sa communauté, avec la vie de famille. Des fêtes intimes qui «laissent apparaître une certaine violence, un certain érotisme dans une sorte de libération générale ». Autour de lui sont réunis des danseurs et des musiciens atypiques (Emilio Caracafé, El Junco, Ramón Martínez, Niño de Elche, Uchi) et pas exclusivement flamencos (Eloísa Cantón, Minako Seki, Alia Sellami), car il aime penser qu’une voix devient flamenca dès qu’elle se pose entre flamencos. Israel Galván ne tente pas seulement de restituer la vérité de sa fête, inconnue du grand public, une vérité qui ne peut souffrir d’une séparation entre les différents arts qui la composent et encore moins d’une trop grande préparation, il cherche aussi à éprouver cette sensation interdite aux grands solistes de son art: faire corps avec le groupe, éprouver une sensation plus vaste que lui. Installer sa Fiesta dans la Cour d’honneur le lui permettra. 

La Fiesta © Rubén Camacho
La Fiesta © Rubén Camacho
Avec Eloísa Cantón, Emilio Caracafé,
Israel Galván, El Junco, Ramón Martínez,
Niño de Elche, Minako Seki, Alia Sellami, Uchi Conception, direction artistique et chorégraphie Israel Galván
Dramaturgie Pedro G. Romero
Collaboration à la mise en scène
Patricia Caballero
Scénographie Pablo Pujol
Lumière Carlos Marquerie
Son Pedro León
Costumes Peggy Housset
Assistanat à la mise en scène Balbi Parra 


 
Production A Negro Producciones
Coproduction Festspielhaus St. Pölten, Théâtre de la Ville/ La Villette-Paris, Festival d’Avignon, Théâtre de Nîmes Scène conventionnée pour la danse contemporaine, Sadlers Wells-London, Movimentos Festwochen der Autostadt (Wolfsburg), MA Scène nationale - Pays de Montbéliard, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Théâtre de l’Archipel Scène nationale de Perpignan, Teatro Central de Séville
Avec le soutien de l’Agence andalouse d’institutions culturelles - Junta de Andalucía, INAEM - Ministère de l’Éducation, de la Culture et du Sport d’Espagne
et pour la 71
e édition du Festival d’Avignon : Adami, Fondation BNP Paribas
Avec l’aide du Grec Festival de Barcelona, Temporada Alta - Festival de Tardor de Catalunya (Gérone), Aichi Prefectural Art Theater (Nagoya) 


ISRAEL GALVÀN
Fils des danseurs José Galván et Eugenia de
los Reyes, Israel Galván, né en 1973 à Séville, grandit dans l’atmosphère des
tablaos, des académies de danse flamenco et des fêtes.
En 1994, il intègre la Compañía andaluza de danza de Mario Maya. En 1998, il crée son premier spectacle,
¡Mira! / Los zapatos rojos, immédiatement salué par la critique spécialisée. Suivent notamment La Metamorfosis (2000), Arena (2004), La Edad de oro (2005), El Final
de este estado de cosas
(présenté au Festival d’Avignon en 2009), La Curva (2010), Lo Real/ Le Réel/The Real (2012), FLA.CO.MEN (2013). Israel Galván se forge une stature internationale grâce à des créations audacieuses nées d’une parfaite maîtrise de la culture chorégraphique flamenca, composées à partir de ses états intérieurs. Ouvert à toutes les audaces stylistiques, le chorégraphe alterne formes intimistes, grands spectacles et collaborations avec des artistes contemporains tels que Enrique Morente, Pat Metheny, Sylvie Courvoisier et Akram Khan (TOROBAKA, 2015). De nombreux prix honorent son travail dont le New York Bessie Performance Award, le National Dance Award for Exceptional Artistry (Royaume-Uni). En 2016, il est promu Officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres. 




Lundi 17 Juillet 2017





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 8 Mai 2018 - 22:28 La chaîne du festival de Cannes

Actualités | Politique | A voir | Cinéma | Littérature | Théâtre | Festivals | Musique | Petit ecran | Tribune libre