Menu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Logements sociaux

J.Myard dénonce le racket du gouvernement



®Europe1

 
Jacques Myard, député-maire Les Républicains de Maisons-Laffitte, était l’invité de Jean-Pierre Elkabbach ce matin à 8h20.
 
Découvrez l'interview dans la video ci-contre
 
Le député-maire Les Républicains de Maisons-Laffitte est très remonté contre la décision du gouvernement.
INTERVIEW - Sa ville figure sur la liste des 36 communes récalcitrantes à la construction de logements sociaux  publiée lundi par le gouvernement. Jacques Myard, député-maire Les Républicains de Maisons-Laffitte, dans les Yvelines, est en colère. "En réalité, c'est du racket, rien d'autre. On veut faire payer ces villes prétendument riches alors qu'elles ne le sont pas", a-t-il tonné au micro de Jean-Pierre Elkabbach, mardi sur Europe 1. "C'est un plaisir que d'être hors la loi, surtout face à une loi soviétique", a-t-il ironisé.
"Une vision soviétique de la société". "Nous avons effectué 97% de nos obligations dans les dernières périodes triennales, mais à un moment, c'est impossible parce que nous n'avons pas de foncier", a expliqué Jacques Myard, alors que la loi SRU impose aux communes un quota de logements sociaux. "Une vision tout à fait soviétique de la société", a pesté l'élu, dénonçant "de l'égalitarisme soviétique". "La solidarité, elle ne se passe pas comme ça. Il existe des centaines de milliers de logements vacants en province", a-t-il fait remarquer.
Le gouvernement a annoncé lundi que les préfets se substitueraient aux maires pour faire construire des logements sociaux dans les communes récalcitrantes. "C'est totalement anticonstitutionnel", s'est agacé Jacques Myard. "Je lui souhaite bon courage parce qu'on met quatre ans ne serait-ce que pour exproprier des biens délabrés, et jusqu'à nouvel ordre, il y a encore la protection du droit de propriété, que cela plaise ou non à ce gouvernement", a-t-il ajouté.
"Racketter ces affreux bourgeois qui refusent". "Il est évident que nous ne remplirons jamais les 25% car c'est impossible", a assuré Jacques Myard à propos du quota imposé. Sa commune de Maisons-Laffitte paie "un peu plus de 300.000 euros par an" à cause du non-respect de ses obligations, a-t-il indiqué. "On voit très bien que ce que veut faire ce gouvernement, c'est racketter ces affreux bourgeois qui refusent", s'est-il indigné.

 




Mardi 27 Octobre 2015






Dans la même rubrique :
< >

Samedi 7 Juillet 2018 - 21:43 Paris, Place Vendôme

Vendredi 22 Juin 2018 - 11:26 SOS Méditerranée

Actualités | Politique | A voir | Cinéma | Livres | Théâtre | Festivals | Musique | Petit ecran | Tribune libre