Menu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

MADRID, OCTOBRE 68

LA SCÈNE EXPÉRIMENTALE ESPAGNOLE du 12/10/2018 au 24/02/2019



MADRID, OCTOBRE 68
À l’automne 2018, le Frac Centre-Val de Loire inaugure la première exposition dédiée en France à la scène expérimentale espagnole des années 1960-1980. Cette exposition revient sur l’incroyable aventure du Centre de Calcul de l’Université de Madrid qui a réunit artistes, architectes, ingénieurs, scientifiques et intellectuels autour des possibilités offertes par le calcul automatique généré par l’informatique. Ces pionniers forment alors une communauté dont l’expérience – collective – autour de la rencontre entre art et informatique réaffirme une autre forme de production artistique, à la croisée des disciplines.

En 1968, le premier ordinateur fait son apparition dans l’université espagnole, marquant le début des activités du Centre de Calcul. Après des décennies d’isolement culturel, des artistes, des architectes et des musiciens se lancent alors dans une réflexion autour de l’exploitation de l’ordinateur dans leurs processus créatifs. Le Centre de Calcul devient l’espace de liberté créatif le plus significatif de la fin de la dictature en s’affirmant alors comme une structure d’expérimentation collective, dans un contexte où le rassemblement « avait une signification particulière, presque subversive ».

L’immunité assurée par l’aura de la technologie, en apparence non-idéologique, permet au Centre d’impulser un élan sans précédent à l’innovation espagnole restée en gestation. S’ensuit une double rupture : l’effondrement du bloc culturel imposé par le régime politique ; la disparition des frontières entre les différents champs de la création, ouvrant l’expérimentation à de nouvelles voies d’expression.

En jetant « des ponts entre un monde absolument virtuel et imaginaire, et un monde réel », le Centre de Calcul ouvre l’écriture à d’autres horizons d’expérimentation tels que la musique et les arts plastiques tout en s’inspirant des nouvelles théories linguistiques de Noam Chomsky (les grammaires génératives) et de l’information de Max Bense, que sur l’héritage de la poésie expérimentale espagnole.

L’exposition, déploie de manière exhaustive, l’œuvre historique de Javier Seguí de la Riva, et forme le corpus nécesaire pour comprendre le contexte de l’époque et relier entre elles les œuvres des architectes et des artistes dans un questionnement permanent autour des cohabitations entre imaginaire et expérimentation. Quant aux formes en mouvement de Jose Luis Alexanco, elles côtoient les Figures impossibles de José María Yturralde, en dialogue avec la poésie d’Ignacio Gómez de Liaño et de Guillermo de Searle.


Cette première exposition en France, au Frac Centre-Val de Loire permet d’introduire la scène expérimentale espagnole des années 1960-1980 dans un paysage européen et américain de la radicalité, de la prospective et de l’utopie en architecture – l’Architecture radicale en Italie, l’Architecture visionnaire en Autriche, la Pop Architecture en Angleterre ou encore la Prospective en France.

Vernissage le jeudi 11 octobre 2018
Exposition du 12 octobre 2018 au 24 février 2019

 




Lundi 27 Août 2018






Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 12 Août 2018 - 08:37 L’Art Prend La Rue

Actualités | Politique | A voir | Cinéma | Livres | Théâtre | Festivals | Musique | Petit ecran | Tribune libre