Menu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

"Main basse sur l'information" de Laurent Mauduit

Livre à paraître - Don Quichotte ed.



"Main basse sur l'information" de Laurent Mauduit
 
 
Laurent Mauduit  fait un tour d'horizon des médias français (presse écrite, TV,radios) et des rachats/ventes de ceux-ci par de grands patrons d'entreprises : Martin Bouygues, Patrick Drahi, Bernard Arnault…
Il établit une description et une analyse méticuleuse de l'évolution des médias français ces dernières années, et plaide dans son ouvrage pour une refondation de la presse, dans le cadre d'une révolution démocratique.

Main basse sur l’information  raconte  la descente aux enfers de ces journaux et mène l’enquête sur les ravages causés sur le droit à l’information par cette folle boulimie de Patrick Drahi, qui aurait par ailleurs mis la main sur d’innombrables réseaux câblés ou encore sur l’opérateur téléphonique SFR. Les ravages causés sur L’Express, qui aurait été soumis à une purge sociale sans précédent. Ou encore sur Libération, un journal qui ne serait plus que l’ombre de lui-même, épuisé par des plans successifs de réduction d’effectifs. Pis que cela, d'après l'auteur:  "Un journal qui n’a plus d’âme, et dont les dirigeants vont même se compromettre dans des colloques honteux, par exemple avec l’autocrate Ali Bongo."

Une dizaine d’oligarques parisiens, dont le signe distinctif est de ne pas avoir la presse pour métier, possèdent désormais la majorité des moyens d’information français. Quotidiens nationaux et régionaux, magazines, chaînes de télévision ou de radio : rien n’a échappé à la boulimie d’une poignée de milliardaires, parmi lesquels Vincent Bolloré, Xavier Niel, Patrick Drahi ou encore Bernard Arnault.
Alors que le Conseil national de la Résistance espérait, à la Libération, que la France se dote d’une presse indépendante des « puissances financières », celles-ci contrôlent aujourd’hui presque tous les médias. Et la normalisation économique se double fréquemment d’une normalisation éditoriale, quand il ne s’agit pas d’une censure pure et simple.

Main basse sur l’information  est la première grande enquête sur le sujet depuis le séisme Bolloré-Drahi-Niel.

Écrivain et journaliste, Laurent Mauduit est cofondateur de Mediapart. Auparavant, il a été chef du service économique de Libération et directeur adjoint de la rédaction du Monde.

« L’effort de la finance pour s’emparer partout des ressources d’information est immense. […] Bientôt un journal pleinement indépendant sera un des grands luxes de la pensée humaine ; et une des gloires du Parti socialiste sera de donner à l’intelligence et à la conscience des hommes cette garantie et cette sécurité. »
Jean Jaurès, L’Humanité, 11 novembre 1913

« L’appétit de l’argent et l’indifférence aux choses de la grandeur avaient opéré en même temps pour donner à la France une presse qui, à de rares exceptions près, n’avait d’autre but que de grandir la puissance de quelques-uns et d’autre effet que d’avilir la moralité de tous. Il n’a donc pas été difficile à cette presse de devenir ce qu’elle a été de 1940 à 1944, c’est-à-dire la honte du pays. Notre désir, d’autant plus profond qu’il était souvent muet, était de libérer les journaux de l’argent et de leur donner un ton et une vérité qui mettent le public à la hauteur de ce qu’il y a de meilleur en lui. Nous pensions alors qu’un pays vaut souvent ce que vaut sa presse. Et s’il est vrai que les journaux sont la voix d’une nation, nous étions décidés, à notre place et pour notre faible part, à élever ce pays en élevant son langage. »
Albert Camus, Combat, 31 août 1944


« La France a maintenant une presse libérée de l’argent. Cela ne s’était pas vu depuis cent ans. Nous avons la faiblesse de tenir à cette révolution. »
Albert Camus, Combat, 11 octobre 1944.


« Avant tout un journal indépendant, qui ne doive rien à personne, ni à l’État, ni aux puissances d’argent, ni aux puissances constituées, que ce soient des Églises, des syndicats. Un journal qui puisse vraiment n’avoir aucune espèce de fil à la patte »
Réponse d’Hubert Beuve-Méry à un journaliste qui lui demandait, en 1985, pourquoi il avait créé Le Monde.
Extrait du livre de L. Mauduit
Extrait du livre de L. Mauduit




Mercredi 31 Août 2016






Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 25 Novembre 2018 - 12:28 MANIFESTE DU MUSÉUM MIGRATIONS

Mardi 11 Septembre 2018 - 12:01 Un rêve pour la paix - Mémoires

Actualités | Politique | A voir | Cinéma | Livres | Théâtre | Festivals | Musique | Petit ecran | Tribune libre