Menu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Manifestation en autolib pour défier la gestion irresponsable de Bolloré



ReAct, Paris, 19 Novembre 2016://0
  
Une manifestation en Autolib pour défier la gestion irresponsable de Bolloré 
Grève à I-Télé, conflits fonciers en Afrique, accident mortel de train au Cameroun, des centaines de personnes affectées par le Groupe Bolloré lancent une « Bollorution » à Paris. 

Un ras-le-bol général contre Zone de          Texte: Mobilisation devant le siège de Bolloré – 3 juin 2016 -          Photo Pierrick Villettele groupe Bolloré. 200 ressortissants camerounais, ivoiriens, congolais et militants associatifs se rassemblent le 19 Novembre à 14h à Bastille.  Ils manifesteront à bord des Autolib, le service de location de voitures électriques appartenant au groupe Bolloré. Un die-in aura lieu place de la République pour symboliser le terrible accident au Cameroun qui a fait 79 morts le 21 octobre. 
« Le malaise vécu par les journalistes de Canal+ n’est que la continuité de méthodes managériales déjà mises en pratique en Afrique par Bolloré. C’est la même politique, loin d’être responsable et encore moins sociale, qui a des conséquences terribles dans mon pays comme dans beaucoup d’autres » déclare Solange Kombo, du CNRT, originaire du Congo-Brazza. 
 
« Le groupe Bolloré accumule les casseroles en Afrique, il est temps de mettre fin aux abus » 
Ce lundi 14 novembre, ils étaient déjà 600 paysans à bloquer une usine et manifester dans 4 plantations de la Socfin, au Cameroun, une holding détenue à 38,8% par le Groupe Bolloré. Depuis deux ans et une négociation avec Bolloré  qui n’avait finalement pas eu de suites, ils poursuivent leur combat. Dans un courrier daté du  4 avril adressé à l’Alliance Internationale des Riverains appuyée par l’ONG ReAct, Vincent Bolloré indiquait avoir « constaté (…) de nombreuses actions concrètes au bénéfice des riverains ». Les riverains n’en ont constaté aucune et avaient déjà appelé au blocage de l’AG du groupe Bolloré en juin dernier. Le 21 Octobre, l’accident du train de la Camrail, filiale du groupe Bolloré au Cameroun, causait 79 morts. Un accident similaire avait lieu le 24 juillet sur la ligne Abidjan-Ouagadougou de Sitarail, autre filiale du groupe, et Le 24 août  au Burkina Faso. Le 8 avril, la tour Bolloré à Puteaux était perquisitionnée  par des juges, dans une enquête sur les activités portuaires de Bolloré en Guinée et au Togo. Le groupe Bolloré et contrôle la manutention de 14 ports en Afrique, ainsi que le réseau ferroviaire  et routier dans de nombreux pays, avec Bolloré Africa Logistics, présent dans 40 pays. Le Groupe a été plusieurs fois accusé de corruption pour l’obtention de ces concessions. 
En France, le décor n’est pas plus reluisant. La grève record de 31 jours chez I-télé, la chaine info du groupe Canal contrôlé par Bolloré, s’est soldée par le départ de plus de trente journalistes. 
 
« Cette manifestation à Paris est le début d’une série. Il est temps de mettre fin aux abus. Nous ne nous arrêterons que quand le groupe Bolloré aura adopté une politique de responsabilité sociale digne de ce nom » explique Michel, du collectif « Ras-le-Bolloré ».




Vendredi 18 Novembre 2016






Dans la même rubrique :
< >

Samedi 7 Juillet 2018 - 21:43 Paris, Place Vendôme

Vendredi 22 Juin 2018 - 11:26 SOS Méditerranée

Actualités | Politique | A voir | Cinéma | Livres | Théâtre | Festivals | Musique | Petit ecran | Tribune libre