Menu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Politique nationale et internationale - Interview Alain Juppé

Alain Juppé, le candidat à la primaire de la droite et du centre, et ancien Premier ministre, invité des « Lundis de la Primaire » de 7h30 à 9h00 sur #EUROPE1



Alain Juppé : "nous avons voulu des primaires ouvertes, il faut l'assumer"

Pour le candidat à la primaire de la droite, que des électeurs de gauche puissent voter n'est en aucun cas une tentative de "vol" de l'élection.
INTERVIEW
Alors que des électeurs de gauche se disent prêts à aller voter à la primaire de la droite et du centre, tous les candidats du scrutin ne voient pas cette nouvelle d'un bon œil. Pour le camp Sarkozy notamment, ces initiatives relèvent du hold-up. Pas pour Alain Juppé. "Nous avons voulu des primaires ouvertes, il faut l'assumer", a asséné le maire de Bordeaux, lundi, sur Europe 1. "Moi, je n'ai pas peur du suffrage universel."
"On ne va pas leur fermer la porte". Le candidat à la primaire de la droite a démenti avoir "fait appel aux électeurs de gauche". Et justifié d'ouvrir les bras à tous les Français qui, pourtant pas sympathisants de la droite, veulent aller voter (généralement pour lui) à la primaire. "Les déçus du hollandisme sont souvent des déçus du sarkozysme qui, aujourd'hui, nous reviennent. On ne va pas leur fermer la porte." Alain Juppé a campé sur sa position de rassembleur. "On va avoir besoin de rassembler très largement les Français. Je ne vais pas commencer par dire à ceux qui veulent voter pour moi : 'allez-vous faire voir'."
"Tout le monde peut voter". En outre, le maire de Bordeaux a souligné que les électeurs de gauche n'étaient pas les seuls à pouvoir "fausser" la primaire. "Je vois que Nicolas Sarkozy fait mieux que moi dans l'électorat du FN, va-t-on aussi interdire" à ces sympathisants frontistes de voter ?, s'est-il demandé non sans ironie. "Les règles de la primaire c'est que tout le monde peut voter à condition de signer" la charte d'adhésion aux valeurs de la droite et du centre. "On va peut-être faire des procès à ceux qui vont signer cette déclaration", a raillé Alain Juppé.

Alain Juppé "abrogera" la réforme du collège

Pour le candidat à la primaire de la droite, invité sur Europe 1 lundi, "cette réforme n'est pas bonne". 
INTERVIEW
La réforme du collège ne ravit pas un certain nombre de professeurs. Elle ne plaît pas non plus à Alain Juppé, qui a promis, lundi sur Europe 1, qu'il l'abrogerait s'il parvenait à prendre le pouvoir. "Cette réforme n'est pas bonne", a-t-il déclaré. "J'abrogerai ce qui a été décidé sur les classes bilangues et l'enseignement des langues anciennes."
Plus de souplesse. Abroger, c'est bien, mais proposer, c'est mieux, estime en outre le maire de Bordeaux. Qui a donc égrené ses idées pour améliorer la situation dans les établissements scolaires. "Je propose une véritable autonomie des collèges et lycées", a-t-il détaillé. "Je ferai élire un conseil éducatif d'établissement par les professeurs." Ce conseil d'établissement sera là pour soutenir le directeur du collège ou du lycée, qui disposera de plus de marge de manoeuvre, notamment en ce qui concerne les "heures allouées par l'Éducation nationale". Il lui sera possible de "les moduler", a expliqué le candidat à la primaire. "Je crois qu'on a un système exagérément rigide, et c'est cela qu'il faut faire évoluer."

Alain Juppé ne "remettra pas en cause le mariage des personnes de même sexe"

Le candidat à la primaire de la droite a répété, lundi sur Europe 1, sa position sur le mariage gay, l'adoption par les couples homosexuels, mais aussi la GPA et la PMA.
INTERVIEW
Alors que les membres du collectif la Manif pour Tous étaient redescendus dans la rue, dimanche, pour protester une nouvelle fois contre la loi Taubira, Alain Juppé s'apprête à les recevoir dans les prochains jours. Mais pas question pour le candidat à la primaire de la droite de changer d'avis sur le mariage homosexuel. "Je suis parfaitement clair", a-t-il souligné lundi, sur Europe 1. "Je peux comprendre les inquiétudes et parfois la colère. Mais je ne remettrai pas en cause le mariage des personnes de même sexe."
Bataille contre la GPA. Le maire de Bordeaux en a profité pour détailler toutes ses positions sur ces questions relatives à la famille. "Je me battrai farouchement contre ce qu'on appelle la gestation pour autrui. Je ne veux pas de cette marchandisation du corps humain et je prendrai toutes les mesures juridiques pour nous mettre à l'abri de ce genre de comportement", a-t-il rappelé. La GPA est aujourd'hui totalement illégale en France, mais les militants de la Manif pour Tous ne cessent de marteler leur opposition.
PMA réservée aux hétérosexuels. "Sur la procréation médicalement assistée (PMA), j'ai dit très clairement que je voulais la réserver aux couples hétérosexuels en situation de stérilité", a poursuivi Alain Juppé. Là encore, c'est déjà ce qui est prévu par la loi. Enfin, sur l'adoption, le maire de Bordeaux a "indiqué que l'élément essentiel était l'intérêt de l'enfant. Il y a des circonstances où l'adoption par un couple de même sexe est acceptable".
 

Alain Juppé : "tout ce que j'ai fait dans ma vie politique, je le dois à Jacques Chirac

Alain Juppé et Jacques Chirac sont proches depuis toujours. Invité des lundis de la primaire, Alain Juppé est revenu sur la relation qu'il entretient avec l'ancien chef de l'Etat. "Tout ce que j'ai fait dans ma vie politique, je le dois à Jacques Chirac", a expliqué le maire de Bordeaux.
Des nouvelles plutôt "rassurantes". S'il est "en contact permanent avec sa famille", Alain Juppé préfère rester discret sur son état de santé. Hospitalisé pour une infection pulmonaire en septembre pendant trois semaines, Jacques Chirac est sorti la semaine dernière. "Je pense que c'est plutôt rassurant et je m'en réjouis. Je pense à lui avec beaucoup d'affection". 
"C'est presque un père pour moi". "Il y a eu entre nous une relation extrêmement forte que je qualifie parfois de quasi filiale", explique Alain Juppé. "En ce qui me concerne, c'est presque un père pour moi". Et de poursuivre : "tout ce que j'ai fait dans ma vie politique, je le dois à Jacques Chirac. C'est lui qui m'a mis le pied à l'étrier. C'est lui qui m'a fait confiance. Effectivement, j'ai pour Jacques Chirac de l'affection, de l'admiration et du respect".

Alain Juppé n'a "promis à personne" le poste de Premier ministre

"C'est peut-être ma faiblesse, car d'autres promettent beaucoup", a-t-il ironisé lors du "Lundi de la Primaire" qui lui était consacré sur Europe 1.
INTERVIEW
Qui Alain Juppé choisira-t-il à Matignon s'il était élu lors de la présidentielle 2017 ? Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ne le soutient pas (encore) officiellement pour le second tour mais apparaît plus proche de sa ligne politique que les autres candidats à la primaire de la droite ? François Bayrou, qui a annoncé qu'il n'irait pas à la présidentielle si le maire de Bordeaux y représentait la droite ?
Pas de "mercato du Premier ministre". Ne comptez pas sur Alain Juppé pour "rentrer dans ce mercato du Premier ministre". "C'est ridicule", a-t-il asséné, lundi, au micro d'Europe 1. "Les élections auront lieu au mois de mai de l'année prochaine et beaucoup d'eau aura coulé sous les ponts d'ici là." Le maire de Bordeaux a précisé qu'il n'avait "promis [ce poste] à personne". "C'est peut-être ma faiblesse, car d'autres promettent beaucoup", a-t-il ensuite ironisé. Un tacle à Nicolas Sarkozy, son grand rival à la primaire qui, lui, a fait le choix de se lancer en présentant un "ticket" avec le chiraquien François Baroin.




Mardi 18 Octobre 2016






Dans la même rubrique :
< >

Mardi 11 Septembre 2018 - 12:22 75 édition de la Mostra de Venise

Jeudi 6 Septembre 2018 - 22:40 Arte : Spéciale VENISE

Mercredi 5 Septembre 2018 - 23:48 LE CANCER ? UN SUJET TABOU… ET POURTANT

Actualités | Politique | A voir | Cinéma | Livres | Théâtre | Festivals | Musique | Petit ecran | Tribune libre