Menu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Primaire de la droite : Nicolas Sarkozy charge François Bayrou

Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de la droite et du centre, était ce matin l’invité de Jean-Pierre Elkabbach.



Europe1

Invité jeudi de la matinale d'Europe 1, le candidat à la primaire de la droite et du centre s'en est pris au président du Modem, soutien d'Alain Juppé. 
INTERVIEW
"Si on veut une forme de continuité, on met la future majorité sous le chantage de M. Bayrou". Invité jeudi d'Europe 1, Nicolas Sarkozy  a une nouvelle fois réservé ses attaques à François Bayrou, le président du Modem, soutien d'Alain Juppé, et qui avait voté François Hollande en 2012. Le candidat à la primaire de la droite et du centre  lui a notamment demandé de respecter les règles de la primaire. 
"Ils devraient respecter la règle de la primaire". "Je n'aime pas les gens qui participent à une compétition et qui en contestent les règles", a d'abord estimé l'ancien président de la République, avant de se faire plus explicite : "Je dis simplement à M. Bayrou et M. Lagarde (le président de l'UDI qui a lui aussi apporté son soutien à Alain Juppé, ndlr) que si l'on soutient un candidat à la primaire, on s'engage à respecter la règle de la primaire". Le candidat Sarkozy a ensuite expliqué que "si jamais ce n'était pas le candidat qu'ils soutenaient qui gagnait et bien ils devraient respecter la règle de la primaire, c'est ça la loyauté". François Bayrou a en effet laissé entendre à de nombreuses reprises qu'il pourrait être candidat lui-même si Alain Juppé n'était pas désigné vainqueur de la primaire de la droite. 
"Je ne serai pas le président de l'impuissance". "La règle, c'est surtout de ne pas se servir du socialisme de celui qui nous y a fait entrer, c'est-à-dire M. Bayrou", a encore dénoncé Nicolas Sarkozy, dans une pique cette fois adressée à Alain Juppé. Pour l'ancien président, "si l'on veut une forme de continuité, on met la future majorité sous le chantage de M. Bayrou". "Je ne serai pas le président de l'impuissance", a conclu le candidat. 

 




Jeudi 20 Octobre 2016





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 30 Avril 2017 - 09:41 Les contradictions du programme FN avec les actes

Lundi 10 Avril 2017 - 20:48 PRÉSIDENTIELLE 2017 VR

Samedi 28 Janvier 2017 - 14:24 Soirée spéciale 2ème tour dimanche 29 janvier

Actualités | Politique | A voir | Cinéma | Livres | Théâtre | Festivals | Musique | Petit ecran | Tribune libre